This snapshot, taken on
08/11/2011
, shows web content acquired for preservation by The National Archives. External links, forms and search may not work in archived websites and contact details are likely to be out of date.
 
 
The UK Government Web Archive does not use cookies but some may be left in your browser from archived websites.
Skip to navigation Skip to content
 

Tuesday, 10 May 2011


A buried OptaSense sensor detects multiple disturbances to pipelines. Image © Shell Oil Group

A buried OptaSense sensor detects multiple disturbances to pipelines. Image © Shell Oil Group

A buried OptaSense sensor detects multiple disturbances to pipelines. Image © Shell Oil Group

Un capteur secret pour protéger les pipelines, câbles et frontières

PROTÉGER les frontières, pipelines, câbles enfouis et infrastructures critiques contre les dommages accidentels ou attaques malveillantes n’est pas toujours chose simple, surtout à cause des distances à couvrir et de l’ampleur du défi à relever.

QinetiQ, entreprise du Royaume-Uni spécialisée dans les technologies de défense et de sécurité, vient de mettre au point le nouveau système OptaSense de capteur de câbles enfouis, à fibres optiques. Il détecte les perturbations multiples, simultanées, tous les 10 mètres et sur une longueur de 40km de fibre optique existante ou installée.

Dans le cas d’applications aux frontières ou de clôtures d’enceinte, toute personne grimpant, coupant ou creusant près du périmètre dérange le capteur et déclenche l’alarme.

Le système se charge alors de classer la perturbation, de fournir la position et de la signaler à d’autres dispositifs de soutien / capteurs, comme les caméras de télésurveillance par exemple, pour donner à l’opérateur le moyen de réagir en conséquence.

Dans les applications de protection des câbles et pipelines, toute activité – comme l’approche d’une excavatrice ou le retrait d’un couvercle de regard – déclenche une alarme.

La sensibilité acoustique du système peut aussi servir à l’écoute du débit à travers un tuyau, afin de localiser une éventuelle obstruction ou une fuite.

OptaSense pourrait jouer un rôle majeur auprès des exploitants de pipelines, pour lesquels l’avertissement en temps réel d’une fuite et sa localisation pourraient se traduire par des millions de dollars d’économie. Les problèmes dont peuvent souffrir ces actifs peuvent avoir des répercussions sur l’environnement, sur l’économie et sur le quotidien des consommateurs.

Chaque incident de pipeline peut entraîner une facture de un à cinq millions USD pour l’exploitant, couvrant le coût cumulatif de la réparation, le manque à gagner, les temps d’arrêt. Elle peut être largement plus lourde en cas de pollution environnementale ou de décès consécutifs.

De nombreux pipelines ont été équipés du système OptaSense pour éviter les dommages causés par des tiers, cause numéro 1 des défaillances graves de pipelines. Il prend en charge les inspections en ligne, évite les problèmes et peut même s’acquitter d’une analyse acoustique de l’état du pipeline.

QinetiQ s’est associée à Sensoptics, société du Royaume-Uni à l’origine de la technologie à fibres optiques du système OptaSense. « Elle est aussi capable de détecter les intrus dans l’enceinte d’un périmètre de sécurité, que de contrôler les pannes mécaniques dans le contexte d’une infrastructure sous-marine critique », explique un porte-parole (http://www.sensoptics.com/).

Le système associe la fibre optique standard à mode unique à un logiciel de contrôle et d’analyse chargé de surveiller en permanence l’intégralité du réseau de fibres, pour détecter, localiser et catégoriser simultanément plusieurs perturbations.

Il est à la fois facile à installer et simple d’utilisation. En outre, la signature acoustique haute qualité peut être contrôlée par le biais d’un casque d’écoute.

Dans le cadre d’une initiative de développement récente, le spécialiste mondial de l’énergie Shell s’apprête à faire appel au système Distributed Acoustic Sensing (DAS – Détection acoustique répartie), pour faciliter le développement des gisements de pétrole et de gaz.

La technologie lui donnera la possibilité d’utiliser un câble à fibres optiques pour détecter, identifier et localiser les événements acoustiques au cours d’opérations de forage de puits et ce bien au-delà des capacités disponibles à l’heure actuelle. Il en découlera une amélioration des caractéristiques de conception et d’exécution susceptibles de faciliter les extractions et d’aboutir à des économies.

L’accord de collaboration est le résultat de 18 mois de travail en tandem pour finaliser la technologie et de plusieurs essais positifs sur site, au Canada. La capacité d’OptaSense de fonctionner sans interférence devrait permettre de relever un certain nombre des défis associés aux systèmes classiques.

La technologie présente un fort potentiel de rentabilité à court terme. À long terme, la diversité potentielle de son champ d’application devrait faciliter la gestion des actifs pendant toute leur durée de vie, du stade de la prospection à celui de l’exploitation.

Elle présentera surtout des avantages pour les entreprises qui investissent lourdement dans la fracturation hydraulique des gisements de gaz non conventionnel et pour celles qui s’intéressent de très près à la surveillance de puits et de gisements.

« Le personnel de Shell était le premier à reconnaître le potentiel révolutionnaire novateur d’une application exploitant la technologie DAS proposée par QinetiQ, déjà utilisée pour le contrôle des pipelines côtiers, à l’occasion des premiers essais sur site réalisés en février 2009 explique Jeroen Regtien, vice-président de la cellule Shell de recherche et développement dans l’extraction d’hydrocarbures.

« Shell montre une fois de plus sa volonté de trouver, rapidement et efficacement, des solutions techniques intégrées basées sur des technologies propriétaires et de tierce partie, ajoute-t-il. Sachant que la majeure partie de cette technologie existe déjà dans les industries de la défense et de la sécurité, nous anticipons un risque de développement relativement faible et nous attendons à déployer le premier système très prochainement. »Commentaire de Magnus McEwen-King, directeur général du business OptaSense, QinetiQ : « Les opérations de prospection et d’extraction du pétrole et du gaz sont de plus en plus complexes et de plus en plus coûteuses. Donner à nos clients la possibilité d’accéder à des données en temps réel, plus précises provenant des gisements aboutira à une meilleure complétion et à un meilleur rendement des puits. »

Dans le cadre de leur accord, le personnel de QinetiQ et de Shell travaillera dans plusieurs laboratoires du Royaume-Uni, aux Pays-Bas et aux États-Unis ; il réalisera également des essais sur site au Canada et aux États-Unis, avant de déployer la technologie en milieu commercial.QinetiQ est le plus grand organisme scientifique et technologique d’Europe. Il emploie près de 10 000 salariés, dont des chercheurs de référence du Royaume-Uni et des experts de renommée internationale

Print this